Equateur #2: 30 millions d’amis en Equateur
Du 19 au 29 octobre 2016
Nous voilà arrivés sur la côte pacifique où nos journées alternent entre beau soleil et brouillard. A Puerto Lopez, une petite ville vivant de la pêche et du tourisme, nous rencontrons une famille marseillaise, les Dalton en balade, qui bivouaque à nos côtés sur la plage.
Chaque matin, c’est l’effervescence sur une partie de la plage. Plusieurs stands vendent la pêche du matin pendant que les pêcheurs replient leurs filets. Ici ou là, les pélicans et les frégates survolent la zone espérant sans doute une part du gâteau. Un petit air des Galapagos…on imagine…
On se laissera tenter par un thon et des crevettes pour  un total de 10 US$, cool.
IMG_2746
Happy Clémentine
IMG_2734IMG_2768IMG_2769
“Il est frais, il est frais mon poisson”
Sur le marché, les Dalton nous annoncent qu’un bateau se prépare pour une sortie observation des baleines à bosse. Nous pensions que la saison était terminée mais quelques-unes paressent encore dans le coin. Nous sommes de la partie!!!
Sur le bateau, on s’accroche fortement car il poursuit sa course en transperçant les vagues, et ça secoue!!! Assez rapidement, nous rencontrons une famille de baleines que nous suivrons pendant une bonne heure. Quel spectacle fascinant!!! Nous avons vu beaucoup d’animaux cette année, mais, contempler ce monstre marin de près de 16 mètres et 40 tonnes, aller et venir et entendre son souffle est un moment inoubliable. Son immensité prend tout son sens lorsqu’on le compare à la taille du bateau. On se sent tout petit à côté.
IMG_2811IMG_2771IMG_2922IMG_2852IMG_2864
A quelques kilomètres de Puerto Lopez, se trouve la communauté Agua Blanca dont le territoire abrite une lagune d’eau sulfureuse aux eaux boueuses pleines de vertus d’après Chantal des Dalton.
Nous sommes un peu déçus par le lieu. En effet, nous nous attendions  à un cadre plus naturel en accès libre, alors qu’en réalité, on y accède à l’issue d’une visite guidée de 1h30. Passé ce détail, puisque l’on est ici, on se prête volontiers au jeu de la baignade. Je m’offre un massage corporel de boue, puis, j’applique un masque aux filles. Après le séchage, on plonge dans la piscine naturelle à l’odeur de souffre. Nicolas n’a pas voulu se couvrir de boue. Bouhhhhh!!!
IMG_2990IMG_2993IMG_2995
Fous rires des filles à ma découverte
IMG_3009
L’après-midi, nous nous baladons dans le parc Machalilla avec sa belle plage de Los Frailes. Le soleil a dû mal à percer ce jour là, c’est vraiment dommage car l’endroit aurait été idyllique.
IMG_3057IMG_3047
Toujours sur les conseils des Dalton, nous cheminons vers la plage de San Lorenzo située un peu plus au nord dans le but d’observer les tortues qui viennent y pondre d’août à décembre chaque nuit. A notre arrivée, on découvre effectivement une cinquantaine de nids balisés sur la plage avec les dates de pontes. La tortue de mer est une espèce protégée. Le Ministère de l’Environnement a mis en place un programme de préservation de l’espèce depuis quelques années.
IMG_3082IMG_3083
Les agents du  Ministère ne sont pas présents les nuits de week-end, alors nous nous débrouillons seuls les deux premières nuits. Notre savoir se résume au visionnage d’un “C’est pas sorcier” qui nous apprend que les tortues pondent à marée haute. Par ailleurs, l’éclosion a lieu entre 60 à 65 jours après la ponte.
La première nuit, nous ne sommes pas bien préparés et nous ne découvrons aucune tortue
Alors, le dimanche, on se retrousse les manches. On sort le grand jeu, du grand Javaudin. La plage est grande. Il faut élaborer une stratégie pour quadriller au mieux la zone. Je réalise un plan de la plage avec la position des nids susceptibles d’éclore et Nicolas sort le vélo pour faire des rondes rapidement. Puis, à la nuit tombée, on met en place des tours de garde.
Vers 23h , alors que tout le monde dort à poings fermés, Nicolas arrive en courant : “Levez-vous : alerte rouge, il y a une tortue en train de pondre”. On sort en hâte avec notre lampe frontale en position rouge. Nous assistons à un documentaire animalier dans la pure intimité possible. La tortue a déjà creusé son trou. Elle pond désormais ses oeufs, puis elle rebouchera son nid et repartira en mer. Nous sommes fascinés.
Je monterais ensuite la garde pour surveiller une éventuelle éclosion des oeufs. A 2h35, je suis crevée, aucune action ne se présume. Je décide donc d’aller me coucher. Réveillée à 6h, je me lève en hâte pour inspecter les nids en espérant qu’aucune éclosion n’a eu lieu devant le nid tant chaperonné pendant la nuit. Je vous laisse imaginer ma déception quand j’ai découvert le nid ouvert avec des coquilles d’oeufs éparpillés partout. Grrr!!!
Nous aurons tout de même une belle consolation le matin puisque l’équipe du Ministère passera en revue tous les nids et ouvrira ceux qui sont en retard d’éclosion. Dans deux d’entre eux, les petites tortues essaient de sortir en vain. Ils les aideront à sortir de leurs coquilles et les metteront à l’eau.
Seulement 1% d’entre elles atteindront l’âge adulte. Bon courage les filles!!!
IMG_3098
En fin d’après-midi, Les Content, une autre famille française envoyée par les Dalton, arrive sur la plage. Ils sont entre de bonnes mains avec nous. Nous leur racontons tout de notre humble savoir sur les tortues de mer acquis depuis deux jours.
Nicolas commence son tour de garde avec Benoit. Deux agents du Ministère de l’Environnement sont également présents. La plage est bien surveillée .
Cette nuit sera un festival puisque l’on assistera à la ponte de trois tortues en VIP. Nous serons aux premières loges en jouant les assistants des agents du Ministère de l’Environnement:  à l’arrière de la tortue à compter les oeufs pondus (de 80 à 100 en moyenne). Pendant ce temps, ils les baguent et les mesurent. Quelle nuit! On se couchera à 5 h du matin après avoir dégusté un petit verre de Pisco.
IMG_1089IMG_1100
Quelques jours plus tard, nous arrivons à Mindo, un petit village près de Quito d’une riche biodiversité. On s’offre le luxe de bivouaquer dans le lodge tenu par deux français originaires de Vannes, anciens voyageurs ayant posé définitivement leurs valises ici. Sébastien a construit un véritable paradis. Au programme, farniente sur la terrasse où on admire le vol des colibris et plongeon dans la piscine.
IMG_3243IMG_3248IMG_3128IMG_3236
Puis, nous irons visiter la ferme des papillons qui explique tout leur processus de reproduction. Les filles sont ravies car les papillons se posent sur leurs mains (on les a aidé avec un peu de bananes dont ils raffolent).
IMG_3164IMG_3180IMG_3156IMG_3149
Nous filons ensuite à Otavalo réputée pour son marché artisanal. Je le parcours en duo avec Charlotte. Clémentine est malade depuis la veille et je laisse volontiers Lisa en compagnie de Nicolas.
Le marché est immense. Il présente toute une partie “nourriture à consommer sur place” comme en Bolivie avec toutes les bonnes odeurs qui accompagnent ces stands. Puis, arrive la partie fruits et légumes aux couleurs chatoyantes, et enfin, les innombrables allées d’artisanat. Comme en Bolivie et au Pérou, l’envie d’acheter est forte. Lorsque l’on apprécie les tissus et les objets colorés, il est difficile de résister. On achètera quelques souvenirs au meilleur prix. Je suis très contente de mes négociations lors de ce marché. N’ayant pas à dire toutes les minutes “Ne touche pas à ça”, j’avais l’esprit au clair pour obtenir le meilleur prix.
En conclusion, nous aurons passé un mois en Equateur. C’est un pays d’une incroyable diversité que ce soit au niveau des paysages (montagnes, volcans, forêts, plages, îles…) qu’au niveau de la faune. On ne peut que vous inviter à y aller!!!
De son côté, Nicolas gardera en souvenir les nombreuses routes sinueuses à fort relief. Au bout de 12 mois de conduite dans les Andes, il commence sérieusement à se fatiguer et on peut le comprendre.
Conseils aux voyageurs:
-observation des baleines de juin à octobre à Puerto Lopez : nombreuses agences sur le port (prix normal 26 US$/personne. En basse saison, nous avons négocié à 15 US$/personne)
-la plage de San Lorenzo: ceci n’est pas un endroit touristique, les tortues viennent y pondre car c’est un lieu paisible. On peut y observer la ponte des tortues d’août à décembre la nuit. SVP, ne pas les déranger (lampe frontale  lumière rouge) et respecter le travail de protection du Ministère de l’Environnement. Bref, soyez discrets et respectueux. Si vous n’êtes pas un amoureux de la nature et espérez seulement un selfie, passez votre chemin.
-La Bicoq à Mindo est un endroit très agréable. En revanche, leurs prix sont élevés en comparaison des prix pratiqués dans le reste de l’Equateur. Camping: 7 US$/personne si on reste deux nuits. Le prix pour les enfants est de 5$!!! Ils ont des cabanes à 29 US$.
Publicités

Equateur #2: 30 millions d’amis en Equateur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s