Brésil #5: Safari sur la Transpantaneira

Brésil #5: Safari sur la Transpantaneira

Nous voilà sur la Transpantaneira, une longue piste de terre de 149 kilomètres qui traverse les plaines et les marais du Pantanal avec pour seule issue Porto Joffre et le rio Cuiaba. Le charme de la Transpantaneira réside également dans ses 126 ponts  qu’il convient de franchir pour arriver à bon port. 31 sont actuellement remplacés par des ponts en béton. On comprend pourquoi!!! Ceux des photos ne sont pas compris dans la restauration. On se demande comment étaient les autres!!!
IMG_9291IMG_9508IMG_9510
Le Pantanal est la plus grande région marécageuse du monde. Ses eaux regorgent de poissons, en particulier les piranhas. Les caïmans grouillent aussi par milliers pour notre plus grand bonheur, car ce sont eux que nous sommes venus admirer. Ils aiment se prélasser dans l’eau ou se dorer la pilule au soleil, immobiles, avec la gueule ouverte et le regard vicelard.
IMG_9380IMG_9377IMG_9411
Le Pantanal est un véritable sanctuaire du monde animalier : oiseaux variés par milliers, capicharas, iguanes, lézards, tamanoirs. On se régale.
IMG_9431
L’immense Tuiuiu, échassier symbole du Pantanal
IMG_9439
Le capichara, le plus gros rongeur au monde
IMG_9493
Un lézard?

IMG_9448

Il y a un animal, pourtant, qui nous aura résisté. C’est le jaguar. Arrivés à Porto Joffre, nous faisons une excursion en bâteau sur le rio Cuiaba. Les paysages sont grandioses et la balade permet d’approcher les animaux d’encore plus près. A notre passage, les caïmans plongent dans l’eau (de vrais froussards) ce qui amuse beaucoup les filles.
La sortie permet surtout de s’enfoncer dans le Pantanal et d’aller à la rencontre du jaguar qui vit dans la jungle. Après deux bonnes heures et demi de navigation, nous le trouvons calfeutré sous les fourrés. Nous le distinguons à peine mais il est bien là. Tout à coup, un bruit dans les sous bois le fait se lever. Nous retenons notre souffle. Tous les bâteaux présents se décalent pour se placer aux premières loges car nous pensons qu’il ira boire sur la berge à seulement 2 mètres de nous. La déception est grande puisqu’il préfèrera tourner à gauche et se cacher dans la jungle. Il ne remettra plus le bout de son museau dehors. Nous avons entendu son cri, nous l’avons entrevu brièvement. Nous aurions aimé l’apercevoir plus. C’est un animal sauvage après tout…
IMG_9418IMG_9474IMG_9479
Balade sur le rio Cuiaba
 
Côté bivouac, nous n’avons eu que l’embarras du choix. Nous nous levions dès l’aube pour apprécier l’air frais et la lumière émergente sur les plaines et les marais. Les paysages couplés aux chants et aux cris aigus des oiseaux étaient extraordinairement reposants.
IMG_9361IMG_9365IMG_9367IMG_9370
Lever de soleil sur les plaines
IMG_9408IMG_9409
Lever de soleil sur les marais
 
En revanche, à peine deux heures après s’être levé, le soleil exaltait et une journée de chaleur écrasante nous attendait.

 

Conseils aux voyageurs:
Nous avons fait notre excursion en bâteau avec la pousada camping de Porto Joffre. Coût pour un bâteau de 25cc+ 20 litres de gazoil de 13h à la tombée de la nuit: 450 reais
Publicités

Brésil #4: Brasilia et la longue traversée du Brésil

Brésil #4: Brasilia et la longue traversée du Brésil

La pluie arrivant sur la côte bahianaise, nous décidons de commencer notre traversée du Brésil d’est en ouest avec comme étape Brasilia, située à 1300 kms.
Nous y arrivons le dimanche, jour du match France-Islande. Nico a l’esprit occupé à chercher un lieu de diffusion du match. Malheureusement, un autre match du championnat brésilien lui vole la vedette. Nous le regarderons deux jours plus tard en replay.
Nous commençons alors la visite de cette capitale déroutante créée de toute pièce au milieu du no man’s land en 1960. Brasilia est une capitale conceptuelle où l’aménagement du territoire (blocs d’habitations, quartiers des centres commerciaux, des hôtels, des banques et l’avenue des monuments historiques qui regroupent toutes les institutions de Brasilia) a été organisé pour que la cité soit agréable à vivre. Elle symbolisait la ville du futur. Les avenues sont immenses. C’est une course contre la montre lorsqu’il faut traverser l’avenue des monuments à 6 voies sans passage piéton bien sûr. La ville est tellement spacieuse qu’elle n’est pas du tout adaptée aux piétons.
Il est difficile habituellement de circuler et de se garer avec Big Mama dans les capitales. A Brasilia, il n’a jamais été aussi facile de trouver un stationnement.
IMG_9225

IMG_9185IMG_9183
Le magnifique sanctuaire Dom Bosco avec ses vitraux bleutés
IMG_9196IMG_9203
La cathédrale métropolitaine
IMG_9214
Le Parlement
IMG_9240
 
Lorsque nous quittons Brasilia, une longue route nous attend de nouveau puisque que nous devons parcourir une fois encore 1300 kms pour rejoindre la Transpantaneira dans le Pantanal nord. Le centre du Brésil est le territoire des immenses fazendas qui cultivent le coton, le soja et le maïs. Il y a très peu de pistes en dehors de la route principale, et lorsqu’il y en a, elles sont fermées par des barrières. Nous réussirons tout de même à dénicher un beau bivouac en pleine nature près de Goias. Nous devrons nous contenter de nuitées en stations-service les autres fois. C’est dans l’une d’entre elles que nous avons rendez-vous avec la famille Laffont, que nous avions déjà rencontré en Terre de Feu il y a sept mois. Ils ont dans leurs bagages notre portable égaré à Leoncito en Argentine quelques mois plus tôt. Une longue histoire qui s’achève bien.
IMG_9246
Bivouac à Goias
IMG_9259
Charlotte dans un champ de coton