Avant toute chose, il est temps de mettre fin au suspense et rétablir la vérité sur l’identité du pêcheur qui a sorti des eaux l’énorme poisson à Chiloé.
IMG_4206
Et non, ce n’était pas Nicolas mais bien un pêcheur du coin comme vous vous en doutiez!!!
Après l’île de Chiloé, nous parcourons la région des lacs au Chili et en Argentine. Nous sommes alors en pleine saison touristique, un peu comme le mois d’août en France. Les lacs sont très fréquentés. Nous avons dû fuir plusieurs fois cette frénésie estivale car ce n’est pas ce que nous sommes venus chercher ici.
IMG_4245
Vue sur le volcan Osorno
Le premier passage de frontière du Chili vers l’Argentine s’effectuera en 2h30. Nous attendons patiemment dans la file d’attente, même si, Nicolas est inquiet car la pression de notre bombonne de freins baisse de plus en plus. Autrement dit, nous comprenons très vite qu’il faudra s’occuper du problème dès notre arrivée dans la ville de Bariloche. Toutefois, avant de commencer nos recherches de garage à Bariloche, nous décidons de nous arrêter à Villa Angostura pour regarder d’où vient la fuite. Notre bonne étoile nous fait à nouveau un clin d’oeil, puisque sur le parking où nous stationnons, se trouve un couple de français, Gaston et Elizabeth, amis des chats perchés. Gaston est l’homme de la situation: Mac Gyver des temps modernes, heureux propriétaire d’un énorme MAN, sur la route depuis 10 ans dont 2 ans en Amérique du Sud. Il propose d’enfiler sa salopette et d’aider Nicolas. Après plusieurs vérifications et contrôle du sytème, ils finissent par trouver la fuite d’air. Il s’agit simplement d’un boulon qui s’était dévissé sans doute avec les secousses du ripio. Un tour de clé de 28 et l’aiguille remonte à 8 bars. Merci Gaston!!! L’heure est à la détente désormais. Le cadre s’y prête bien puisque nous sommes au bord du magnifique lac Nahuel Huapi.
IMG_4251IMG_4313IMG_4297IMG_4298
Le lendemain, nous partons explorer “le bois des arrayanes”. L’arrayane est un arbre dont l’écorce est d’une jolie couleur cannelle. Malheureusement, il se trouve au bout d’un sentier de 12 kilomètres soit 24kms aller-retour. Comme d’habitude, nous commençons le sentier de bonne heure pour admirer ces arbres, qui auraient parait-il, inspiré la forêt de Bambi. Nous serons seuls pendant tout l’aller, la plupart des gens préférant prendre le bâteau pour se rendre directement au bois via le lac. Une grande déception nous attend à notre arrivée au bois : tout ça pour ça, l’attrape-touristes!!!  C’est la dernière fois que l’on effectuera autant de kilomètres pour contempler des arbres. En revanche, nous avons une belle récompense, puisqu’à proximité du bois, se trouve la laguna Patagua aux eaux transparentes et dotée d’une très belle plage. Un vrai régal!!! A tout effort mérite sa récompense.
IMG_4261
IMG_4273IMG_4285
On nous demande parfois comment font les filles pour marcher autant de kilomètres. Nous répondons qu’une de nos filles fonctionne au DURACELL +++. C’est impressionnant l’endurance des enfants. Ils ne s’arrêtent jamais alors autant utiliser cette énergie à bon escient. Le plus souvent, c’est Nicolas le plus fatigué des 5 mais chut, c’est un secret…Nous devons, néanmoins, composer avec les ritournelles habituelles des enfants: “Maman, j’ai envie de faire pipi”, “Maman, j’ai un caillou dans ma chaussure”, “Maman, j’ai l’étiquette de ma culotte qui me gratte”. Sans compter les châmailleries de Lisa et Clémentine pour passer l’une devant l’autre ce qui finit souvent en chute. On en rigole et on a fini par les surnommer Dupont et Dupond.
Cette fois, nous avons quand même eu des courbatures et il nous a fallu plusieurs jours pour nous en remettre. 
Lorsque nous quittons Villa Angostura, le vent s’est levé. Nous commençons la route des sept lacs avec, en toile de fond, des rafales de vents et des tourbillons de poussières. Le jour suivant, le vent s’est calmé mais les températures ont bien chuté. En effet, nous avons perdu plus de 15° en une journée. Les lacs se succèdent sur fond de montagnes verdoyantes avec quelques aires de camping libres disséminées ici ou là. On se dit que les argentins ont bien de la chance d’avoir ces aires à disposition. En France, tout est interdit: interdit de camper sauvagement, interdit de faire du feu, interdit de tout…
Un soir, nous nous installons dans “la valle encantado” autrement dit la vallée enchantée. Le changement de paysages est étonnant  sur si peu de kilomètres. Sur la route des sept lacs, le vert domine par les montagnes couvertes de sapins. Il suffit de prendre une piste sur la droite et nous voilà dans un environnement totalement différent. Dans la vallée, la roche est dégradée par l’érosion. Elle est jaune et rouge et prend des formes qui laissent place à l’imagination. La vue de la vallée depuis le paso Cordoba est exceptionnelle.
IMG_4352IMG_4329
IMG_4390IMG_4421
Un peu plus de deux cent kilomètres parcourus sur les routes argentines, et nous voilà déjà de retour à la frontière pour continuer notre périple au Chili. Après s’être baignés dans le lac Tromen, nous roulons tranquillement quand tout à coup, au détour d’un virage, une file importante de voitures fait son apparition. Un argentin nous indique que nous sommes le 15 février, c’est le changement de quinzaine des vacanciers. Comme des imbéciles, nous nous retrouvons au milieu d’un traffic routier équivalent à un 15 août. Nous mettrons 4h30 pour passer les deux postes de frontières.
Arrivés au Chili, l’afflux de vacanciers est à son comble. Il faut dire que nous nous trouvons près de Pucon, un des endroits préférés des jeunes et moins jeunes branchés de Santiago. Les petites maisons traditionnelles en bois ont laissé place à de belles et grandes villas avec vue sur le lac. Nous dormons dans la ville voisine, Villarica, moins bondée et nettement moins charmante. Je dis à Nico: “C’est plus plouc ici quand même”. Nico me répond: “A ton avis, pourquoi nous sommes là”. Ah ah ah!!!
IMG_4431
Vue sur le volcan Lanin
Par la suite, nous décidons de bivouaquer dans des endroits tranquilles d’ici la fin du mois de février. Nous trouvons notre endroit rêvé le jour suivant. Nous avions bien remarqué qu’il existait un point ioverlander (application de bivouacs sur smartphone) de l’autre côté du lac Caburgua, lac situé près de Pucon. Malheureusement, nous n’arrivions pas à trouver la route qui y menait sur la carte. C’est en regardant une autre application appelée Mapsme (GPS sur smartphone)  que nous nous apercevons qu’il existe une piste qui y mène. Nous hésitons, nous ne savons pas si la piste est praticable pour les véhicules autres que 4×4. Nous demandons l’état de la route à un local, puis, un brun téméraire, nous décidons de nous lancer. Nous ne serons pas déçus d’autant plus que le ripio était très bon.
Une fois arrivés, c’est une énorme étendue d’herbe située au bord du lac et entourée de montagnes verdoyantes qui nous attend. Le site est splendide et calme en ces temps de vacances intenses. Les guanacos ne seront pas des nôtres à cet endroit. Place aux vaches et aux chevaux. Comme de vrais chiliens ou argentins, nous ramassons des pierres et du bois mort, nous fabriquons notre foyer et c’est parti pour un feu. Une différence essentielle existe quand même: nous ne mettons pas la musique à fond. Il ne faut pas exagérer quand même!!!
 
IMG_4550
IMG_4537IMG_4561
Nous prenons ensuite la direction du Parc National Conguillo, une belle surprise. Le volcan Llaima domine  l’environnement et nous contemplons les énormes coulées de lave laissées en 1927,1957 et le 1er janvier 2008 lors de ses dernières éruptions. La terre est noire et les arbres présents sont les araucanias, emblème de la région.  Ce parc nous laissera quelques sueurs froides puisque la piste qui le traverse est étroite et sableuse, un brin compliqué lorsque nous rencontrons des véhicules en face. Heureusement dans ces circonstances, la loi du plus gros s’applique.
Reculez et laissez passer, por favor!!!
IMG_4678IMG_4706IMG_4728
Vue sur le volcan Llaima
IMG_4613
Malgré un planning bien chargé, j’ai soufflé ma 34ème bougie!!!
Actuellement, nous remontons vers le nord en direction de Valparaiso.

Chili #5/Argentine #7: la région des lacs et des volcans

Une réflexion sur “Chili #5/Argentine #7: la région des lacs et des volcans

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s