Chili #3: Chile Chico et la Carretera Austral (1ère partie)

Chile Chico est un petit village frontalier au bord de l’immense lac Général Carrera. Nous décidons de bivouaquer, pour la nuit, le long de la berge sous les magnifiques saules pleureurs. A peine installés, qui voilà? Les trois chats perchés en voyage!!! Le monde des voyageurs est vraiment petit. Nous ne les avions pas revu depuis Ushuaïa et nous avons plein de choses à nous raconter.
Le lendemain, à la demande de Nicolas (qui avait fait prêter serment lors de la soirée de la veille), tous mettent la main à la pâte pour nettoyer la plage qui regorge de déchets.
IMG_3178IMG_3186IMG_3187 
Une heure plus tard et voilà deux bidons bien remplis!!!
IMG_3174IMG_3183
 
La belle plage désormais nettoyée, l’heure est à la détente. Nicolas, dorénavant surnommé “Nicolas Goulot”, semble apprécier la compagnie des garçons. En aurait-il assez d’être continuellement en compagnie du sexe féminin…
IMG_3206
Deux jours plus tard, nous empruntons la route sinueuse qui part de Chile Chico pour rejoindre la mythique carretera austral: ripio, lacets et nids de poules assurés. Pendant ce temps, nous avons le temps d’admirer les paysages surréalistes. Le bleu du lac contraste avec le bleu du ciel. Parfois, en haut du col, pendant quelques secondes, avec l’effet d’optique, nous avons réellement l’impression d’être dans le ciel. La sensation est saisissante.
IMG_3213IMG_3268IMG_3269
Toujours en compagnie des chats perchés, nous bivouaquons sur la magnifique et solitaire plage de Fachinal. Au programme: pêche, peinture et belote.
IMG_3256IMG_3245IMG_3247IMG_3253IMG_3260
Nous partageons un dernier moment ensemble le lendemain lors de la pause déjeuner. Les plus motivés se jettent dans les eaux fraîches et limpides du lac. Ce défi relevé nous donnera l’envie d’en tenter beaucoup d’autres dans les rivières de la carretera. Ce sera notre petite séance de thalasso personnelle. Rien ne vaut un bon bain dans une rivière pour se donner un coup de fouet pour la journée.
IMG_3288
IMG_3295IMG_3306
Nous quittons les chats perchés après cette pause bienfaitrice. La jonction avec la carretera austral est seulement à quelques kilomètres. Les chats perchés prennent directement la direction du Nord alors que nous souhaitons parcourir 180 kilomètres au Sud jusqu’à Caleta Tortel,  pour entamer ensuite la remontée.
Mais tout d’abord, qu’est-ce que la carretera austral?
C’est à Puerto Montt que démarre la carretera austral, prolongation de la Panaméricaine qui naît en Alaska. Sa construction, démarrée en 1976, fut un véritable travail de titan: tracer un chemin dans des bois impénétrables,une végétation exubérante, de hautes falaises tombant dans la mer, des rivières torrentueuses, des lacs, des fjords…Entrecoupée de plusieurs passages en bac ou ferry, chevauchée de ponts, la carretera s’achève à Villa O’Higgins, parcourant ainsi plus de 1100 kms de paysages incroyables. Un périple rêvé pour ceux qui ont le goût de l’aventure, car peu de kilomètres sont asphaltés.” Le guide du Routard Chili
On dirait que cette carretera est faite pour nous. En route!!!
Le top 5 de nos meilleurs moments:
1/ Le bivouac au parc Patagonia
Nous avons eu connaissance de ce parc à Torres del Paine par des français vivant au Chili. Ils nous ont dit: “Ce parc vient juste d’ouvrir. Il n’y a pas de touristes. Il faut y aller maintenant.” Aucune information n’étant donnée dans les offices de tourisme, nous ne savions donc pas vraiment à quoi nous attendre. Mise à part le village “touristique” mais sans touristes, il n’y a aucune infrastructure. Le parc en est à ses balbutiements, nous sommes les pionniers. Les paysages qui longent la piste sont incroyables. Ce sont des milliers et des milliers d’hectares sauvages qui s’offrent à nous.  Au départ, nous étions décontenancés tellement formatés par les règles des autres parcs nationaux : ne pas marcher en dehors des sentiers, ne pas se garer en dehors des emplacements autorisés. Ici, il n’y a pas encore de règles. Alors, tout est possible!!! Nous décidons finalement de garer Big mama dans une vallée. Nous ne serons pas déçus. Lorsque nous rentrons de notre balade, plusieurs troupeaux de guanacos se sont rassemblés. Peut-être 300 ou 400 guanacos entourent Big Mama. On les observe, ils nous observent. Chacun étudie les comportements de l’espèce opposée. Un moment inoubliable.
IMG_3450IMG_3461IMG_3453IMG_3471IMG_3481IMG_3494IMG_3501
 
2/ La multitude de rivières
La carretera traverse un nombre impressionnant de rivières. Elle est le rêve des pêcheurs, en particulier des pêcheurs à la mouche. Leurs eaux sont, en effet, truffées de saumons et de truites.
IMG_3515
La rivière Neff
IMG_3705IMG_3694 
La confluence entre la rivière Baker et la rivière Neff
IMG_3746
Bivouac près de la rivière Murta
Etant pire que des pêcheurs du dimanche, nous avons, de notre côté, privilégié la baignade (quand je dis baignade, je veux dire lavage) dans les rivières. Ce qui était un défi au départ (cf la fraîcheur de l’eau) est devenu un plaisir.
 
3/ Les villages
Le premier village que nous visitons est Caleta Tortel, petit village construit sur pilotis, situé au sud de la Carretera. Ces trois cent habitants y vivent sur des maisons en bois reliées entre elles par des passerelles. Ici, le bois est roi et les hommes qui le travaillent sont des artistes. Malgré la relative petite taille de la ville, tous les services publics sont présents: école, bibliothèque, crèche, ludothèque, jeux et places. On retrouvera la même qualité de services dans toutes les villes (politique culturelle, sportive, halles…).
IMG_3577IMG_3589IMG_3592IMG_3596IMG_3599IMG_3604IMG_3605IMG_3621IMG_3625IMG_3637
Puis, nous nous reposerons à Cochrane, havre de paix de 3200 habitants.
IMG_3665IMG_3687IMG_3686
Clin d’oeil à notre sponsor préféré 20ventina.com
 
Enfin, un breton n’aimant jamais trop s’éloigné de la mer, nous avons fait un petit détour pour aller respirer l’air marin à Puerto Cisnes, petit village de pêcheurs le long du canal de Puyuhapi.
IMG_3803IMG_3804
 
4/ Le parc national de Queulat
L’expression bois impénétrable prend tout son sens à Queulat. La végétation est d’une verdoyance et abondance extrême: mousses, lichens, fougères et arbres immenses, bambous… Nous avons redécouvert un élément qui ne nous avait pas manqué jusqu’à présent: la pluie!!!
-le sentier du bois enchanté:

IMG_3815IMG_3824IMG_3832IMG_3861

-le sentier du glacier Ventisquero Colgante:

IMG_3880

5/ Petit coup de coeur pour le lac Rosselot (pas de beauf à l’horizon cette fois!!!)

IMG_3892IMG_3896IMG_3897

Pendant tous ces kilomètres, les filles ont joué aux petites filles modèles.

IMG_3734IMG_3751

Big Mama a assuré comme d’habitude. Avec les secousses du ripio, le capot aura quand même été éjecté une fois. Par ailleurs, une bonne douche s’est avérée nécessaire!!!
IMG_3662IMG_3663
 
Actuellement, nous sommes toujours sur la carretera à Chaiten près du parc Pumalin.
Publicités

Argentine #6: El Calafate et le Parc National des glaciers

Nous avions quitté Torres del Paine sous la neige, nous voici maintenant sous le soleil pour cette fin d’année 2015. Nous en profitons pour nous reposer dans la petite ville touristique d’El Calafate et prendre un peu de temps chacun pour soi. Nous stationnons le long du lac Argentino, d’une couleur bleu intense que les argentins surnomment Dulce de Glaciar. Au programme, lecture pour Nico, jeux sur la plage pour les filles, et balade en ville pour moi. Je commençais même à avoir mes habitudes dans un bar où je prenais plaisir à siroter des milkshakes et des cocktails de jus de fruits. Deux mois que je n’avais pas eu l’opportunité d’être seule pendant quelques heures!!!
IMG_2232IMG_223720151228_160320
Toutefois, en voyage, nous ne sommes jamais seuls très longtemps. Dès le lendemain soir, une famille suisse vient nous rejoindre à notre bivouac. Ils ont trois enfants de 9, 7 et 5 ans. La perle rare pour nous et réciproquement. Les enfants sympathisent tout de suite et les parents aussi. Nous passerons une soirée que nous n’oublierons sans doute jamais. Il y a des soirées comme ça, où les discussions s’enchaînent, où chacun se dévoile rapidement comme si nous nous connaissions depuis longtemps, sans jugement, avec pour seule envie de découvrir et connaître son “prochain”. N’est-ce pas cela le but d’un voyage? S’ouvrir à l’autre, le découvrir et apprendre à le comprendre.
Le lendemain, nous partirons tous ensemble admirer le Perito Moreno, ce géant de glace que nous pouvons contempler à seulement 300 m de nous. Pendant tout l’après-midi, on patientera à l’affût du moindre craquement, grondement, guettant chaque petit morceau de glace se détacher pour finir dans les eaux du lac Argentino. Nous serons bien récompensés. Nous aurons même droit au bouquet final lorsqu’un énorme pan de glace tombera dans un fracas assourdissant. Le spectacle est incroyable. On prend toute la mesure d’être ici à admirer ce monstre de glace.
IMG_2239IMG_2263IMG_2259IMG_2406IMG_2269
A la fin de la journée, au grand regret des enfants, nous quitterons nos suisses préférés, chacun ayant des plans différents pour le réveillon du 31 décembre. En effet, nous avons décidé de passer le réveillon au camping libre du lago Roca à une trentaine de kilomètres du glacier. Nous devons y retrouver Laëtitia et Valentin. Le site est magnifique. Notre bivouac surplombe un lac dans lequel se reflètent les montagnes enneigées. Tout autour, des espaces verts composés de fleurs, d’arbres, au milieu desquels traversent des lapins, des aigles, des oies sauvages, et une multitude d’oiseaux. Le premier matin, nous entendrons même les grondements du Perito Moreno au loin. L’endroit est inespéré pour passer un nouvel an. De surcroît, le temps est très ensoleillé. C’est parfait pour réveillonner dehors une bonne partie de la soirée. Quand on pense que nous étions sous la neige, il y a seulement une semaine…
IMG_2449IMG_2467IMG_2477IMG_2493IMG_2513IMG_2523IMG_2517
Et là, vous vous dites: ils se prennent pour la famille Ingalls et nous font un remake de la petite maison dans la prairie. Et bien, oui, nous y avons cru, vivre en communion avec la nature pendant une semaine, au rythme du lac. Mais, c’était une utopie. Nous avons dû fuir le 2 janvier. Que s’est-il passé?
Vous connaissez le beauf français, mais, connaissez-vous le beauf argentin? Non, alors nous allons vous raconter.
Déjà, dans la nuit du 31, deux groupes de beaufs avaient fait leur apparition. Ils nous avaient fait profiter de leur musique d’ambiance toute la nuit. A minuit, le beauf avait fait vrombir son moteur pour souhaiter la bonne année à sa voiture. Espérons qu’il n’ait pas oublié sa femme!!! C’était encore très gentillet finalement, et cela ne nous a pas empêché de passer une excellente soirée.
IMG_2533IMG_2538IMG_254220160101_004026IMG_2552 
Ce n’est que le 1er janvier, que la beauf attitude a pris tout son sens, lorsque dès 10h du matin, mise à part quelques exceptions, une horde de familles beauf a envahi notre campement pour leur asado (barbecue). Le beauf croit qu’il est seul au monde, arrive avec sa voiture qui fait un boucan d’enfer, ouvre portières, capot (???) et nous délecte de ses 110 décibels (la vérité vraie) de boite à rythmes plus pourris les uns que les autres. Il déploie ses affaires sans espace de courtoisie. Il y a même une famille qui avait apporté son groupe électrogène. Laëtitia, Valentin et Jean-Michel (leur camping-car) sont complètement entourés. Ils viendront se réfugier auprès de Big Mama en espérant leur départ dans la soirée.
Il y a quand même une différence chez le beauf argentin. M. et Mme aiment particulièrement s’habiller en jogging. Parfois, M. porte une queue de cheval.
IMG_2548IMG_2556IMG_2566
Ils sont gentils mais qu’est-ce qu’ils sont bruyants!!!
 
Vers 19-20 heures, les beaufs commencent à s’en aller. On se dit que nos tympans pourront enfin se reposer. Eh bien non, car un beauf peut en cacher deux autres. Plus tard dans la soirée, ce sont des groupes de beaufs d’environ 18 ans qui débarquent. Une nuit terrible pour nos oreilles: musique de merde à fond sans interruption, les gens crient, des voitures arrivent, repartent. Du camion, j’ai l’impression que les télétubbies font la fête. On entend les jeunes crier : OOOOOOOOOhhhhhh!!! Aahhhhhhhhh!!! Eh!eh!eh!ehhhhhhhhhh!!! Arribo arribo!!!
Nico demandera à un groupe de baisser le son vers 2h du matin. Néanmoins, la musique vient de partout, chaque groupe se faisant la guerre des décibels.
Moralité: les argentins semblent fêter la nouvelle année le 1er janvier au lieu du 31 décembre. Si on avait su, on aurait décalé d’une journée.
Bref, nous repartons le 2 janvier avec un goût amer dans la bouche car nous aurions aimé rester ici plus longtemps. Visiblement, nous sommes tombés au mauvais moment. En plus, ce soir, c’est samedi soir. Nous n’avons aucune envie de remettre le couvert.
Nous sommes dans un Parc National reconnu Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Il est écrit à l’entrée du campement que la musique est interdite. Dommage que cet endroit ne soit pas respecté et que la guadaparque soit aussi tolérante.
Par la suite, nous avons reposé nos oreilles en passant deux jours en solitaire sur l’autre rive du lago Argentino.
IMG_2580IMG_2567
 
Après ce repos bienfaiteur, nous nous sommes rendus dans la partie nord du parc national à El Chalten, un minuscule village posé au pied du Fitz Roy, qui se proclame la capitale nationale du trekking. C’est reparti pour des levers matinaux!!!
IMG_2616
 
Médailles d’or pour Clémentine, Lisa et Charlotte qui ont accompli des prouesses sportives. En effet, elles ont réalisé :
-le trekking Laguna de los Tres au pied du Fitz Roy: 20km400 aller-retour avec un dénivellé de 750m
IMG_2713IMG_2715IMG_2774IMG_2827IMG_2831IMG_2834IMG_2852IMG_2877IMG_2879IMG_2895IMG_2903IMG_2911IMG_2959
 
-le trekking Laguna Torre au pied du Cerro Torre: 18km aller-retour avec un dénivellé de 350m
IMG_3025IMG_3054IMG_3034IMG_3072IMG_3082IMG_3100
 
Et pour finir en beauté, spéciale dédicace à Louise et Adrien, cyclotouristes belges, avec qui nous avons passé deux jours à remonter plusieurs centaines de kilomètres dans la steppe patagonienne. Dans Big Mama, il y avait alors 7 personnes et 7 vélos!!!
IMG_3114
 
Actuellement, nous sommes à Chile Chico au Chili afin de remonter la carretera austral.
 
BONNE ANNEE 2016 A TOUS!!! Que cette année vous apporte l’envie d’oser accomplir vos rêves, l’envie d’oser dépasser vos limites, l’envie d’oser vivre pleinement!!!