Le retour par les Balkans

La Macédoine, ça vous gagne

Nous sommes très contents de repasser par la Macédoine. Nous retrouvons cette belle campagne qui nous avait tant plu, la simplicité et la gentillesse des macédoniens. Nous découvrons, en prime cette fois-ci, leur extrême générosité. Dans une même journée, on nous a offert trois « cadeaux » :

-au bureau de tabac, la commerçante nous offre à chacun une barre chocolatée (ça change de certains buralistes français !!!)

-lors de notre baignade dans la rivière, une petite fille offre aux filles un paquet de chips et un paquet de bonbons

-le soir, à notre bivouac, un couple d’agriculteurs nous donne tomates et aubergines.

IMG_0883 IMG_0872

20150812_110641 20150812_134210

La Serbie : « Rakia connecting people »

Nous étions un peu sceptiques avant d’arriver en Serbie. Dans notre tête d’occidental, la Serbie représente la guerre en Yougoslavie, Slobodan Milosevic et la guerre au Kosovo. Nous arrivons du Sud et progressons vers le Sud-Ouest en longeant plus ou moins la frontière avec le Kosovo. Les paysages que nous traversons nous plaisent tout de suite. En plein milieu rural, les villages sont jolis, les jardins bien garnis de légumes, des parcelles de maïs, des arbres croulant sous les prunes, les poires et les pommes. C’est aussi la région des framboises. La nature est généreuse et les serbes savent la domestiquer. Nous nous arrêtons dans le village de Lepenac dans un square qui réunit l’école, une aire de jeux et des terrains de sport. Il se trouve que c’est le rendez-vous de quelques familles à partir de 17-18h. Parmi les mères présentes ce soir-là, Veisna parle un peu français. Elle est notre porte d’entrée du village. Comme en Macédoine, on nous offre des paquets de gâteaux apéros (les serbes grignotent à cette heure beaucoup de gâteaux apéros et de bonbons). Ce n’est pas top mais on abandonnera nos principes pour les filles pendant quelques jours. Nous découvrons ce soir-là, la Rakia et son slogan « Rakia connecting people ». Marina nous explique que la Rakia est l’alcool serbe par excellence. Il se déguste en toute occasion et rassemble les gens d’où son slogan. La Rakia est une eau de vie de prune qui se fabrique presque dans chaque famille. C’est le même principe que la « goutte » ou la « gnôle » (en moins fort) que l’on dégustait avec le café ou après le repas dans les campagnes françaises. La tradition est oubliée en France mais elle perdure en Serbie. Nicolas étant un amateur de goutte, le courant devrait passer. Il sortira d’ailleurs sa bouteille de goutte offerte par notre voisin (dédicace pour David). Dommage que nous ne soyons pas partis avec une bouteille pertraise !!! Bref, on papote et nous voilà invités à une fête de village qui se déroulera le 15 août. OK, on reste.

IMG_0909 IMG_0903

IMG_0901

Le lendemain, nous partons faire une randonnée dans le parc national de Kopaonica situé à une trentaine de kms. La forêt nous fait du bien comme toujours. C’est notre côté ours qui ressort.

IMG_0927

Le soir, nous repartons pour Lepenac. Dans le village, tous savent qu’une drôle de famille française est arrivée dans un drôle de carrosse. En plus des autres rencontres, nous faisons la connaissance de Srdjan : un garçon de 27 ans d’une extrême gentillesse. Nous resterons, jusqu’à très tard dans la nuit, avec son frère Sacha et deux autres garçons, à parler de la situation en Serbie, de la vie difficile sans misérabilisme. En Serbie, le salaire moyen est de 300€. La corruption rend impossible l’accès à un emploi d’enseignant pour Srdjan. Les hôpitaux ne sont pas de bonne qualité. L’aide de l’Etat est nulle pour les familles ou en cas de chômage. Les retraites sont désuètes. On comprend pourquoi les jardins sont si bien remplis. Les jeunes filles désertent le village pour aller en ville et espérer un avenir plus radieux. Srdjan souhaite rester dans son village qu’il aime plus que tout. Il attend d’avoir assez d’argent pour se marier avec sa petite amie qui habite pour l’instant chez ses parents au Kosovo. Malgré tout, il nous demande tout le temps si nous avons besoin de quelque chose. En Serbie, les « cadeaux » pleuvent. Pendant la nuit, on discute, on boit de la Rakia, on danse, on espère un monde meilleur. A 8h, le réveil est difficile. Nous avons rendez-vous avec Srdjan pour assister à la fête. Nous partons à 10h pour nous rendre au monastère. Au départ, quand Vesnia avait mentionné la fête, nous avions compris qu’il s’agissait d’une fête de village genre kermesse, buvette et barbecues avec éventuellement une messe le matin pour qui le souhaite. Il s’agit finalement d’une fête orthodoxe où la population se rend au monastère pour prier. Certains repartent aussitôt la prière dite, d’autres restent un plus long moment. A part des objets religieux et quelques babioles pour les enfants, point de stands galettes-saucisses à l’horizon. Avec notre famille atypique, nous sommes au centre des regards et des questionnements. Aucune méchanceté, seulement de la curiosité, de l’amusement et des marques d’affection à l’égard des filles. Nous ne nous sentons pas à l’aise car toute cette attention est trop étouffante pour nous à ce moment-là pour des raisons qui seront détaillées après. L’ami de Srdjan est prêtre. Il nous invite à manger. Nous arrivons dans une salle à manger où déjà une quarantaine de personnes sont attablées dont trois ou quatre autres

prêtres. Les prêtres orthodoxes portent une robe noire et une grande barbe pour certains. Le bénédicité est prononcé puis nous mangeons. Le repas est délicieux. Toutefois, nous ne sommes pas à notre place ici. Les filles croient que les prêtres sont des sorciers. Clémentine demande même à l’ami de Srdjan s’il sait voler. Heureusement qu’il ne comprend pas le français. Après une sieste réparatrice, nous repartons en fin d’après-midi du village avec une bouteille de Rakia et un sac plein de fruits dans nos valises.

IMG_0937 IMG_0940

IMG_0943

Nous nous arrêtons dans un autre village pour la nuit près du terrain de foot et de l’école. Comme à Lepenac, des enfants jouent. Appelées par une des petites filles, très vite, deux habitantes arrivent à notre rencontre. Après quelques échanges, l’une nous invite chez elle. C’est l’anniversaire de son fils et elle veut nous offrir une part de gâteau. Nous sommes exténués mais ce serait impoli de refuser. Nous acceptons seulement pour une heure. La maison est à environ 800m. La nuit tombe. Sur le chemin, des villageois s’interrogent sur nous. A l’arrivée, c’est la fête chez elle et les grands-parents et quelques amis sont présents. Nous ne pensions pas qu’il y aurait autant de monde. Les questions fusent sur la composition de notre famille et sur notre camping-car (ils ne semblent pas comprendre le principe du camping-car avec son aménagement qui permet de manger, dormir et se laver). Au bout de quelques minutes, ils nous demandent une photo puis deux et ainsi de suite avec tout le monde. Ils sont gentils mais nous sommes fatigués par toute cette attention portée sur Clémentine et Lisa. C’est un peu l’euphorie ici. Par ailleurs, Nicolas est inquiet. Big Mama est fermé à clé mais nous avons laissé toutes les fenêtres ouvertes avec le sac bien en évidence contenant tous nos papiers et notre argent ainsi que l’ordinateur. Sur le chemin du retour, il fait nuit et nous nous dépêchons. A l’arrivée, tout est OK. Les serbes nous ont toujours dit qu’ils étaient « Good people ». La preuve !!! Toute la famille est épuisée par cette longue journée. Le lendemain, lorsque nous remplissons la cuve d’eau, une femme nous donne encore des concombres et quelques prunes !!!

Nous terminons la Serbie par la découverte du parc national de TARA. Immense et magnifique parc. Nous bivouaquons au milieu des sapins dans un silence absolu et une obscurité totale. Dans la journée, la température oscille entre 10 et 12°C. Nous avons perdu plus de 20°C en quelques heures.

IMG_0968 IMG_0971 IMG_0983 IMG_0984 IMG_0992

Passage éclair en Bosnie et dans les terres croates

Les deux jours suivants, nous roulons quasiment toute la journée. En Bosnie, les villes que nous traversons sont plus développées que leurs voisines serbes mais ont beaucoup moins de charme. Nous y passerons une nuit sans grande conviction.

En revanche, la campagne croate est charmante : jolies maisons, cours de ferme, séchoirs à maïs. Ils ont su allier modernité et tradition. Pourtant, nous ne nous y attardons pas à cause de l’interdiction de camping sauvage.

La Slovénie : on reviendra !!!

Nous n’avions que quelques heures de routes à faire pour rejoindre l’Autriche. Nous nous arrêtons deux jours dans le charmant village de Markovci. Nous faisons une super promenade le long d’un canal. Il y a des pistes cyclables partout. On s’y sent très bien et nous avons envie de revenir un jour pour mieux connaître le pays. Pourquoi pas un prochain trip en vélo ? L’avenir nous le dira…

IMG_1003 IMG_1012

Que se passe-t-il quand vous voyagez avec des enfants noirs dans des pays peuplés uniquement de blancs ?

En Macédoine, en Serbie et en Bosnie, la population n’a jamais vu de noirs et encore moins des enfants. Les jours passés dans ces pays ont parfois été déroutants pour nous. Nous avons vécu une attention omniprésente sur Clémentine et Lisa qui a fini par nous étouffer. Tous les jours, des regards curieux, les filles qui sont touchées, une petite tape sur la tête, la texture de leurs cheveux, leurs tresses. Des gestes qui étaient anodins pour ceux qui les portaient, mais qui accumulés, devenaient particulièrement agaçants. Parfois, Charlotte en était invisible comme cette femme qui, rencontrée sur un sentier, demande à Clémentine et Lisa comment elles s’appellent puis s’en va. Charlotte qui attendait son tour juste à côté se met à pleurer et nous dit : « elle ne m’a pas demandé à moi ». Alors, on a rappelé la femme pour que Charlotte puisse aussi dire son prénom fièrement. Nous en étions bouche bée. Tous les jours aussi, des demandes en photos, parfois des questions sur notre filiation. Nous n’avons jamais rencontré de méchanceté mais beaucoup de maladresse et de curiosité. Nous nous sommes sentis à plusieurs reprises comme des célébrités ou comme un phénomène de foire. Rien de pire qu’une trop grande attention portée à quelqu’un pour lui rappeler sa différence. L’important, c’est que les filles, avec leur jeune âge, n’en ont pas souffert. Nous en avons parlé avec Clémentine pour lui expliquer qu’elle avait le droit de dire non. Mais, être sous le feu des projecteurs n’a jamais dérangé Clémentine. Quant à Lisa, être le phénomène de foire c’est plutôt son habitude. Au contraire, elle n’a jamais autant accumulé les gags. C’est finalement Nicolas et moi que ce comportement a le plus fatigué car nous avions envie d’être tranquilles. Par ailleurs, avec notre regard d’adulte, la question éthique s’est imposée.

 

Le retour par les Balkans

11 réflexions sur “Le retour par les Balkans

  1. coucou la famille! toujours de belles rencontres a ce que je vois, je comprend votre état d’esprit vis a vis de clémentine et lisa , l’important est que cela ne les ai pas affecté, avons hate de vous revoir! bonne fin de route ,prenez soin de vous, gros bisous

    J'aime

  2. Bonjour la petite famille… il faut de tout pour faire un monde. Dans nos campagnes « bien » françaises, dans la tête de certains compatriotes « bien » français, cela est compliquée certaines fois … Le mélange des couleurs peut surprendre partout ! pour les trois filles c’est l’apprentissage de la vie : se rendre compte que la vie de tous les jours n’est pas toujours simple… mais quelle richesse d’être baigné au cœur de différentes civilisations. Du pur bonheur ! bisous à vous 5

    J'aime

  3. Coucou la famille , c’est super de vous suivre et d’imaginer toutes les rencontres trépidantes que vous faites, on voyage avec vous !
    Au plaisir de vous revoir bientôt … Gros bisous à tous les 5

    J'aime

    • Coucou le club des 5 , souhaitez un bon anniversaire à Clémentine de la part de sa marraine avec pleins de gros bisous . Une idée de cadeau ? Vous rentrez quand ? Sinon on a vu le film du mariage , une séquence du confessionnal est déjà culte … On comprend votre impatience !!! Bisous

      J'aime

  4. Un gros bisous a Clémentine pour son anniversaire, loin des yeux mais près du coeur comme on dit alors j’espère à très bientôt pour fêter ça ensemble…

    J'aime

  5. Coucou les voyageurs !!!

    Nico,on ne t’a pas oublié ! JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!!
    Et Clémentine, bravo tu as 5 ans, on te fait plein de gros bisous pour ton anniversaire ! Un joyeux anniversaire la miss !!! Pour Clémentine, HIP HIP HIP HOURRA !!!!

    Téo embrasse fort sa copine et lui fait un gros câlin.

    Pour nous on prépare la rentrée, moi je vous écris de l’école…

    Bisous à tous les 5,

    Céline, Fred & Téo

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s